Picture4

Une nouvelle technologie combinant scanner robotisé et système de navigation rachidien

Le service de Neurochirurgie du CHIREC, dirigé par le Professeur Collignon, vient de se doter d’une nouvelle technologie, une des premières en Europe, associant un système de navigation rachidien avec un scanner robotisé intra opératoire dans une salle d’opération complètement digitalisée.

Cette technologie permet au chirurgien de placer, sans irradiation et avec une grande précision , des implants rachidiens tels que des vis pédiculaires ou des cages inter somatiques au cours d’interventions d’arthrodèse dites minimalement invasives. L’acte chirurgical se fait via des incisions de petites tailles permettant de réduire la dévascularistion et la dénervation de la musculature paravertébrale. Cette chirurgie minimalement invasive permet de réduire la durée d’hospitalisation et aux patients de reprendre leur activité plus tôt. De par l’étroitesse de l’exposition des structures vertébrales, cette technique dépend de manière étroite d’une imagerie performante.

Avant l’arrivée de cette nouvelle technologie, appelée « navigation rachidienne », la chirurgie devait se faire en utilisant une scopie et nécessitait de nombreuses acquisitions radiographiques irradiant de manière importante le patient, le personnel infirmier et le chirurgien ainsi que son instrumentiste et son assistant.

Les avantages de la navigation rachidienne obtenus sont nombreux :

  1. Elle permet d’opérer avec une irradiation limitée pour le patient et nulle pour le chirurgien, son assistant et le personnel infirmier car la plus grande partie de l’intervention se fait sans devoir acquérir des images par radioscopie et que la mise en place du matériel se fait sous contrôle d’une imagerie guidée. L’implantation du matériel peut également se faire via un bras robotisé qui va se positionner exactement ou l’implant doit être positionné.
  2. La précision que donne cette technologie est supérieure à celle obtenue au cours d’une chirurgie classique, ce qui augmente les chances de succès de l’intervention et diminue le risque de complication chirurgicale.
  3. Le geste chirurgical minimalement invasif est dès lors rendu plus sûr et performant permettant dès lors une récupération plus rapide et une reprise des activités du patient plus précoce.

Cette technologie permet donc au chirurgien d’être plus précis dans son geste et de limiter au maximum le risque de complication, tout en limitant fortement le taux d’irradiation à la fois pour le patient, le personnel soignant et lui-même. De plus, elle se marie parfaitement avec le geste minimalement invasif réalisé par le chirurgien permettant au patient une récupération plus rapide et une reprise de ses activités plus précoces.

> Plus d’info

Picture4Picture 5