Basilique

Inauguration: la Clinique de la Basilique invite les généralistes à découvrir ses nouvelles installations

En avril 2014, les services de gériatrie et de revalidation de la Clinique de la Basilique ont été fermés afin de libérer les étages d’hospitalisation et transférés à Ste-Anne St-Rémi. Depuis, la Clinique du Chirec est devenue exclusivement un hôpital de jour et une polyclinique. Une inauguration officielle de la polyclinique et du plateau technique aura lieu ce 13 octobre 2015. Les généralistes sont confraternellement invités.
Comme l’avait déjà déclaré le Dr Gilbert Bejjani, directeur médical du site, dans un numéro précédent du Chirec Pro. L’année 2014 fut l’année de nombreux changements à la Clinique de la Basilique, mais grâce à l’aide et à la compréhension des médecins et à l’effort de l’ensemble du personnel nous avons pu poursuivre nos activités sans fermer un seul jour pour des raisons techniques ».
En 2014, la réorganisation de l’activité s’est principalement concentrée sur l’activité chirurgicale. L’année suivante, les efforts des équipes se sont portés sur la création d’une nouvelle polyclinique.
Les nouveaux locaux – spacieux et agréables – vont être inaugurés ce 13 octobre. Les 130 médecins de l’institution ont été consultés sur leurs desideratas architecturaux et organisationnels. 14 cabinets bien équipés et lumineux ont été installés au 1er étage. Le centre de prélèvement a aussi été réaménagé au rez-de-chaussée pour rejoindre la radiologie et en faciliter l’accès.
Les 2ème et 3ème étages seront réservés à l’hébergement des patients soignés au Centre médico-chirurgical de jour. Afin de répondre à la demande des patients de pouvoir bénéficier d’une certaine intimité, le site a prévu 30 chambres particulières aux étages et 8 petites chambres proches des quartiers opératoires. 10 chambres doubles sont également disponibles.
A la fin des travaux, le Centre médico-chirurgical de jour comptera 8 salles d’interventions, dont 5 salles d’opérations et trois salles de réveil. Sur les 5 salles d’opérations, deux seront réservées exclusivement au Centre d’ophtalmologie.
Au 4ème étage, 2 nouvelles salles complétement réaménagées de 30m2 seront réservées aux endoscopies et une à la clinique de la douleur. Le plateau technique au 4ème étage est complété par la médecine nucléaire et le centre médical de jour (CMJ).
Le CMJ continuera à offrir des soins ambulatoires médicaux et oncologiques en collaboration étroite avec le Chirec Cancer Institute (CCI).
Formation et adaptation
«Notre objectif était de faire évoluer le site de la Basilique. Nous avions déjà le savoir-faire et du personnel compétent», explique avec enthousiasme le Dr Bejjani. «Il fallait augmenter rapidement  l’activité, pour investir dans les ressources humaines et, dans du nouveau matériel. Un travail important a été réalisé au niveau de la formation des équipes entre autres, pour passer de l’activité chirurgicale classique à l’activité chirurgicale de jour et notamment l’activité pédiatrique.»
En moins de 2 ans, la direction médicale a également renforcé le nombre des médecins accrédités sur le site Basilique. «Il n’est pas possible pour une institution d’offrir de la médecine de qualité aux patients si elle ne met pas une structure de pointe à disposition des médecins. Il fallait attirer le corps médical. Pour cela, nous avons beaucoup travaillé afin de proposer aux spécialistes une grande flexibilité dans l’organisation du bloc opératoire. Dans notre système, les médecins peuvent vérifier de chez eux (au cabinet, à domicile…) la disponibilité des plages opératoires et les réserver en passant par le secrétariat de l’hôpital.
En six mois, nous avons simplifié fortement la procédure et supprimé les documents “papier”. Un mail unique permet d’informer le chef du bloc opératoire, les infirmières, la pharmacie… sur le planning, le matériel nécessaire, les jours de congé… Ce système est transparent et offre une traçabilité des informations.
« En 2014, grâce à tous ces efforts, nous avons recruté près de 40 médecins. Mais grâce à nos nouvelles salles d’endoscopie, nous avons encore assez de place pour accueillir de nouveaux médecins qui pratiquent l’endoscopie » précise le Dr Gilbert Bejjani.
Un important travail a également été effectué pour instaurer des procédures. «Cette standardisation peut concerner la manière de distribuer des accès, de réserver des locaux, de donner des informations aux visiteurs… Ces tâches doivent être réfléchies. En outre, il faut mesurer et encoder ce que l’on fait. On ne peut pas faire du management sans disposer d’une banque de données sur laquelle on peut s’appuyer», estime Gilbert Bejjani. «Par exemple, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait beaucoup d’overlapping dans les horaires du personnel, principalement au quartier opératoire. Nous avons modifié les horaires de travail et réorganisé ainsi le fonctionnement du bloc opératoire et des salles de réveil. Nous avons contrôlé les coûts, et profité pleinement de l’externalisation des services supports et de la pharmacie sur le site Ste-Anne du Chirec. Nous avons aussi valorisé les équipes en leur confiant des missions spécifiques.»
La clinique a également tenu informé les généralistes des environs de la transformation de son infrastructure et de ses activités médicales. «Notre hinterland est lié à l’activité de consultations de nos médecins. Le recrutement est très large. Nous avions seulement 10% des patients qui venaient de Ganshoren (Bruxelles), la commune où nous nous situons. Nous souhaitons garder et améliorer cet ancrage local grâce à une bonne collaboration avec la médecine générale.»
Le confort des patients n’a pas été oublié. Des contacts ont été pris avec la commune pour améliorer les accès aux alentours de la clinique. Un espace snack-gourmand va être ouvert, à l’instar de ce qui existe sur les autres sites du Chirec. L’accès au centre de prélèvement sera plus aisé et se situera désormais au rez-de-chaussée. Il sera ouvert le samedi matin avec ou sans rendez-vous.
Dans les prochains mois, les bureaux de l’administration, les consultations d’ophtalmologie et les cabinets dentaires vont être accueillis dans de nouveaux locaux sur l’avenue Duc Jean.
L’avenir s’annonce prometteur pour le site de la Basilique. L’ancien hôpital s’engage résolument dans l’hospitalisation de jour, et anticipe encore plus la transformation du paysage hospitalier (diminution du nombre de lits hospitaliers et des durées de séjour) et poursuit l’objectif de faire accréditer son activité médicale.

Avec Le Spécialiste