Arthrose, chondropathies, ostéochondrite: les nouveaux traitements cellulaires

De nouveaux traitements basés sur l’efficacité et les propriétés des cellules souches mésenchymateuses autologues (MSC) d’une part et les facteurs de croissance issus des dérivés sanguins, telles les plaquettes (PRP = Plasma Riche en Plaquettes) D’autre part ont leur place pour traiter les lésions dégénératives du cartilage (arthrose,  chondropathies post-traumatiques ou l’ostéochondrite).

Le cartilage est un tissu non innervé et non vascularisé
présent au niveau des articulations.
Il possède des propriétés mécaniques lui conférant  une résistance remarquable aux forces de compression  et de frottement.
Ce tissu peut être le siège de nombreuses altérations dont la plus fréquente est l’arthrose.Fig1Art3
L’arthrose correspond à l’usure biomécanique de ce cartilage ; elle représente la première cause de remplacement de l’articulation (prothèse totale de hanche, genou, …).
De nombreux développements technologiques et la compréhension de la génétique tissulaire permettent actuellement l’utilisation de techniques peu invasives afin de reconstituer le stock cartilagineux et de retarder ainsi la mise en place de prothèses articulaires.

L’évaluation de l’état cartilagineux d’une articulation fait appel à plusieurs étapes :Fig2Art3
– Examen clinique
– Radiologie conventionnelle
– Résonnance magnétique (IRM), arthro CT-Scan ou isotopes
- Evaluation fonctionnelle et subjective (KOOS, WOMAC, …)

Un nouvel examen d’imagerie fonctionnelle est  l’IRM T2 Mapping, dont les séquences, outre le bénéfice de toute IRM, à savoir l’exploration des tissus mous, permettent d’évaluer la concentration en collagène et particulièrement en protéoglycanes du cartilage.
La cartographie T2 Mapping est une technique d’imagerie reproductible et non-invasive, avec une bonne concordance comparativement au « gold standard » de l’arthro-scanner pour la détection et la taille des lésions cartilagineuses du genou.

L’utilisation du PRP en intra-articulaire
L’injection intra-articulaire de Plasma Riche en Plaquettes en suspension dans l’acide hyaluronique (HA) a donné des résultats prometteurs en induisant la guérison en terme d’épaisseur du cartilage traumatisé.
Selon une étude consistant en trois injections de plasma riche en plaquettes dans un genou pré arthrosique à des intervalles de 2 semaines avec un an de suivi, il a été démontré des améliorations significatives et presque linéaires sur la douleur et la fonction. La majorité des patients exprimant des résultats favorables à 12 mois après le traitement PRP.
American Journal of Physical Medicine & Rehabilitation (AJPMR).

L’analyse de nos résultats démontrent clairement la récupération fonctionnelle du genou, et ce à plus d’un an, après traitement par PRP dans le cadre de lésions cartilagineuses post-traumatiques ou gonarthrose de bas et moyen degré.

Fig3Art3Fig4Art3

*: valeur p<0,05; **: valeur p<0,01; ***: valeur p<0,001; N.S. : Non significatif valeur p>0,05
T0 : avant traitement ; T1 : 3 mois post 1ère injection ; T2 : 1an post 1ère injection

Yvan Bartholomé M.D., Marc Clemens M.D. Knee Injury Osteoarthritis Outcome Score (KOOS) at 0, 6 and 12 months post PRP.

L’implantation de cellules souches mésenchymateuses provenant de la moëlle osseuse autologue (MSC & ABMC – Mesenchymal Stem Cells & Autologous Bone Marrow Concentrate).
Les cellules souches mésenchymateuses sont des cellules souches encore présentes chez l’homme adulte (moëlle osseuse, tissu adipeux, …) ; elles sont multipotentes et capables de se différencier en ostéoblastes, chondrocytes, adipocytes, cellules cardio-musculaires, astrocytes, …
Ces MSCs ont également des propriétés de mobilisation, d’adhésion tissulaire et d’autorenouvellement.
Leur utilisation concomittante à une chirurgie traditionnelle va donc permettre dans le cadre du traitement d’une chondropathie dégénérative, de favoriser l’obtention d’un vrai cartilage hyalin plutôt qu’un fibro-cartilage ou tissu cicatriciel.

Exemple 1 : Lésions gonrthrose stade IV traitée par Pridie + MSCs

Fig5Art3

 

 

 

 


Exemple 2
: Lésion type ostéochondrite traitée par mini-arthrotomie, matrice et MSCs.

Fig6Art3Fig7Art3

Thérapies cellulaires du genou et rééducation.

Les résultats au long terme de ces nouvelles thérapies seront clairement influencés par la rééducation.
Il est impératif que les kinésithérapeutes connaissent bien la pathologie et ce type de traitement car ces facteurs vont influencer le timing de rééducation.Fig8Art3
La prise d’anti-inflammatoires étant totalement proscrite lors de la phase de régénération, la gestion de l’inflammation, de l’épanchement articulaire, de la stase veineuse ainsi que le respect du timing de la prise d’appui permettent la protection de la région cartilagineuse traitée et permettent de stimuler  les chondrocytes pour favoriser leur développement.
Les lésions connexes comme  les atteintes du ligament croisé antérieur ou des ménisques, un BMI élevé, … peuvent entraver la rééducation.
Par contre, les sportifs de haut niveau, la confiance en soi, l’absence de crainte d’une nouvelle lésion, … sont des facteurs qui favorisent un meilleur pronostic.
Pour l’obtention de bons résultats, la bonne information et la collaboration du patient sont primordiaux car la convalescence nécessite une attention continue.
Les cellules souches sont en train de révolutionner la médecine et notre avenir.
Nous serons de plus en plus soignés par nos propres cellules, de nombreuses thérapeutiques verront très bientôt le jour, et ce y compris les prothèses biologiques.

Dr Yvan Bartholomé
Service d’orthopédie de Cavell
Pôle locomoteur Delta
Chef de pôle Dr Patrick Zygas

________________________________________________________________________________

Résumé du colloque du 21 mars 2015. Genou : chondropathie et cellules souches.
Réunion conjointe CHIREC-Cavell et CUMG. Département de Chirurgie Orthopédique (Chef de Pôle : Dr. Patrick Zygas)
Chairmen : Dr Yvan Bartholomé (CHIREC-Cavell), Dr Didier De Tavernier (CUMG)
Avec la participation des Drs. Auvertin, Avaro, Clemens, Debehogne, Pradier, De Rydt, Scipioni, Steuve & de Mrs. Baeyens et Harfouche.