GGHH-Europe_social media-horizontal_750

Le CHIREC participe au projet «Greening the Brussels Healthcare Sector»

Avec six autres hôpitaux bruxellois, le CHIREC veut investir fortement dans la transition climatique et dans l’économie circulaire. Il s’est engagé dans le projet «Greening the Brussels Healthcare Sector».

Les hôpitaux sont en pleine transformation environnementale et sociétale. Pour mener à bien ces défis cruciaux, ils se font accompagner. Récemment, le CHIREC s’est engagé dans le projet «Greening the Brussels Healthcare Sector» avec d’autres hôpitaux bruxellois. Il s’agit d’une collaboration entre les programmes Circular Healthcare et Climate-smart Healthcare de HCWH. Pour rappel, Health Care Without Harm Europe est un réseau de milliers d’hôpitaux, de leaders de la santé et de professionnels de la santé, avec des membres à travers l’Europe et des partenaires à travers le monde qui promeut les soins de santé durables par la sensibilisation, l’information et le partage d’expériences. Le projet entend renforcer les connaissances et les capacités des travailleurs de la santé sur des sujets tels que le changement climatique, l’économie circulaire et l’alimentation durable….et travailler avec six hôpitaux pilotes pour les soutenir dans l’élaboration de plans d’actions de développement durable. Pour Lauriane Tribel , chargée de projets RSE, ce virage est fondamental : « Nous avons été approchés par Health Care Without Harm Europe qui débutait un projet pilote pour les hôpitaux bruxellois. Nous venions justement de nous lancer dans une démarche de responsabilité sociétale et ce projet tombait à pic pour travailler le pilier environnemental. »

Former le personnel soignant
Au cœur de la réflexion, Lauriane Tribel souligne que « le projet est divisé en deux axes : le premier est à destination du personnel médical hospitalier. Des formations en ligne vont lui être proposées sur l’économie circulaire dans les soins de santé, sur la réduction du plastique, sur son rôle dans l’éducation du patient. Mais il y aura aussi pour les équipes techniques et administratives des formations en présentiel sur la réduction du plastique à usage unique, sur la réduction des gaz à effets de serres… ». Ces dernières s’adresseront à un large éventail de membres du personnel hospitalier et sera disponible en français et en néerlandais.

A cela, s’ajoute «un axe d’accompagnement avec des ateliers techniques où Health Care Without Harm nous aidera à collecter et à analyser des données sur divers sujets (émissions des GES, déchets et achats de produits plastiques, déchets alimentaires, … ) afin de mettre en place des actions qui réduisent notre empreinte environnementale et climatique. Il y aura aussi une sensibilisation sur l’utilisation des produits chimiques et sur les dispositifs médicaux qui contiennent des produits toxiques… ». 

Toutes ces actions vont demander un suivi permanent, comme le rappelle Dr Dragos Ifrim, anesthésiste au CHIREC – site Braine-l’Alleud: « Grâce aux ressources mises à disposition par HCWH, nous allons pouvoir implémenter des objectifs durables dans divers domaines comme le bâtiment, les achats, les déchets, les transports des patients et collaborateurs ou encore l’alimentaire. Leurs évolutions seront mesurées et partagées tout au long du processus.»

Il ne cache pas que ce processus va amener « des changements d’habitude au sein de l’hôpital. Cela prendra plusieurs années. » Ce travail aura un impact à tous les niveaux de l’institution : « Tous les départements vont devoir adapter leur fonctionnement. Tant l’adhésion du personnel que les pouvoirs décisionnels seront primordiaux dans ce changement. Cette démarche va aussi attirer des collaborateurs qui souhaitent donner plus de sens à leur travail. », ajoute Dr Dragos Ifrim.

L’aspect financier ne sera pas à négliger: « Cela aura certes un coût à court terme, mais amènera à long terme davantage de bénéfices comparé aux coûts de crises non planifiées. En effet, les crises énergétiques, sociales et environnementales que l’on perçoit déjà avec, par exemple, la pandémie du Covid, la guerre en Ukraine et les inondations de 2021 auront un impact qu’il est préférable d’anticiper maintenant pour assurer une entreprise saine et pérenne. », précise Dr Dragos Ifrim.

Six hôpitaux
La collaboration entre les hôpitaux bruxellois est sereine (CHU Brugmann, CHU Saint-Pierre, Cliniques de l’Europe, Cliniques universitaires Saint-Luc, Hôpital universitaire de Bruxelles): «Nous sommes tous sur la même longueur d’ondes. Il n’y a pas de concurrence, mais des échanges de bonnes pratiques. L’environnement est un sujet qui doit rassembler, sans compétition, pour un avenir durable de la planète», conclut Lauriane Tribel.