huid3

L’utilisation de la toxine botulinique dans les pathologies neurologiques

L’utilisation de la toxine botulinique a été introduite il y a plus de vingt ans par les neurologues. Depuis une quinzaine d’années, elle fait partie de l’arsenal thérapeutique du service de neurologie de Ste-Anne-St-Remi et depuis les indications thérapeutiques se sont multipliées.

Au départ, elle fut utilisée dans la correction des mouvements anormaux avec une amélioration de 60-70% : tics faciaux, blépharospasmes, dystonies focales, tremblements essentiels… puis dans la spasticité chez l’enfant atteint d’une infirmité motrice afin de réduire les déformations articulaires et de limiter ou éviter la nécessité d’une chirurgie orthopédique correctrice.

Dans le domaine de la spasticité post AVC, cette thérapie agissant sur le plan neuromusculaire en complémentarité d’une phénolisation du nerf moteur, réalise une relaxation musculaire adéquate avec un effet positif sur la douleur, les crampes et les spasmes musculaires.

Son action consiste à provoquer un processus de dénervation/réinnervation réversible qui dure 3 à 6 mois, ce qui implique la nécessité de réinjecter régulièrement la toxine pour obtenir un effet durable.

L’avantage est la quasi absence d’effets secondaires : le risque le plus important consiste en une réponse musculaire non souhaitée (faiblesse trop importante ou pas assez importante) en raison d’une posologie non adéquate des muscles injectés. Cet inconvénient reste toutefois donc transitoire.

Ce traitement est également utilisé dans le cadre d’une hypersécretion des glandes, que ce soit au niveau salivaire (hypersialorrhée) ou au niveau de la peau (hypersudorrhée).

Depuis quelques années, d’autres spécialités ont découvert l’utilité de la toxine botulinique : la gastroentérologie (spasmes de l’œsophage; achalasie; troubles des sphincters anaux), l’urologie (vessie neurogène; troubles sphinctériens), la stomatologie (syndrome temporomandibulaire), l’ORL (spasmes des adducteurs des cordes vocales)

Dernièrement, la toxine botulinique est rentrée dans l’arsenal de l’algologie et est devenue une option thérapeutique dans non seulement le traitement de la douleur musculaire mais également des céphalées tensionelles et dans certaines cas dans de migraine chronique.

Pour info, vous pouvez contacter le Dr Johan Callebaut (02/434.26.93), service de neurologie, site Ste-Anne St-Remi, département de neurosciences, CHIREC.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>