Endoscopie_750

La Vidéocapsule endoscopique du grêle: pour qui, pour quoi ?

L’intestin grêle est resté longtemps la zone obscure du tube digestif. La vidéocapsule endoscopique (VCE) est une technique d’exploration permettant de visualiser la totalité de l’intestin grêle. Dans les saignements digestifs inexpliqués, la vidéocapsule représente la méthode diagnostique de référence.

La VCE est basée sur le concept d’une endoscopie physiologique car il n y a pas d’insufflation et la capsule avance avec le péristaltisme intestinal, ainsi on obtient des images de la muqueuse en état collabé. La VCE a été développée par la firme Given Imaging (Yokméda-Israel) et approuvée par la FDA en août 2001.La VCE est un appareil photo numérique miniature capable de prendre de 2 à 8 images par seconde. Les images sont transmises vers des capteurs cutanés reliés à un boitier enregistreur. La capsule prend environ 50.000 photos, transmises via des ondes radio de très faible intensité ; 433 MHz.  Les photos sont ensuite assemblées sous forme de vidéo numérique que le gastro-entérologue pourra parcourir.

Il existe aujourd’hui quatre systèmes de capsule grêle : Intromedic (une simple caméra axiale 3 images/sec), Medtronic (1 seule caméra axiale avec 2 à 6 images/sec), Olympus (1 caméra axiale 2 images/sec) et la Capsovision (4 caméras latérales, jusqu’à 20 images/sec). La Capsovision est la seule capsule à vision latérale, qui ne nécessite pas de matériel d’enregistrement externe, elle doit être récupérée dans les selles par un système d’aimant. Cette mini caméra qui pèse 3.7 gr et mesure 26 X11 mm peut être facilement avalée avec un peu d’eau.

Les saignements digestifs inexpliqués (SDI) sont la principale indication de VCE actuellement remboursée par l’INAMI en Belgique. Les SDI correspondent à des saignements persistants ou récidivants d’origine indéterminée après au moins une oesogastroduodénoscopie et coloscopie totale normales. Ils peuvent s’extérioriser sous forme de méléna ou de rectorragies, de grande ou faible abondance et récidivants justifiant alors des transfusions sanguines répétées. Ils peuvent être occultes et se manifester sous forme d’une anémie ferriprive chronique ou récidivante et/ou par la présence répétée de sang occulte dans les selles.

L’intestin grêle est concerné dans environ 11% des cas. La VCE est l’examen de référence pour la mise au point de saignement digestif inexpliqué avec un taux de diagnostic de 60%, ce qui est très supérieure aux autres explorations du grêle (IRM et entéroscopie). Les principales causes retrouvées en VCE sont les angiodysplasies dans environ 50%, des ulcères dans 27% et des tumeurs dans 9%des cas.

Il existe cependant d’autres indications validées sur le plan scientifique (par la European Society of Gastrointestinal Endoscopy, ESGE) :

  • Suspicion de maladie de Crohn après une gastro et coloscopie négative.
  • Maladie de Crohn connue quand les autres explorations ne permettent pas d’expliquer les symptômes et cela en absence de sténose inflammatoire connue.
  • Surveillance des polyposes dans la maladie de Peutz –Jeghers.
  • Maladie cœliaque résistant au régime sans gluten ou de bilan d’extension de la maladie coeliaque.

La principale contre-indication de la VCE est la rétention. Le risque de rétention est évalué à 0.2% chez des patients avec saignements digestifs inexpliqués et de 5% chez des patients avec une malade de Crohn. Dès lors, la VCE est contre-indiquée quand il y a une suspicion de sténose (sténose connue chez un patient avec une maladie de Crohn, patient avec un grêle radique).

L’utilisation d’une « Patency capsule » est recommandée pour éviter le risque de blocage. Il s’agit d’un dispositif constitué d’une capsule autosoluble et d’un détecteur de métaux permettant de la localiser au niveau de l’abdomen. En cas de blocage, elle se délite en 48 heures et peut alors franchir la sténose. Elle contient un dispositif qui permet de la repérer grâce à un détecteur mis au contact de la peau. Le Pacemaker n’est plus une contre indication mais la grossesse par principe de précaution reste une contre-indication relative. Les troubles de déglutitions, le diverticule de Zenker, une gastroparésie sévère sont des contre-indications de la VCE. Cependant, la VCE peut être déposée au niveau du pylore avec un dispositif relié à l’endoscope.

La VCE est un examen indolore, non invasif avec une bonne tolérance. Un jeune de 8 heures est nécessaire avant l’examen, la capsule est avalée avec une petite quantité d’eau, le patient pourra boire après 2 heures et manger après 3 heures.

La préparation type d’un examen par VCE du grêle comprend un régime liquide et la prise d’une préparation à base de PEG la veille de l’examen. Il est recommandé de marcher et de bouger dans les heures qui suivent l’ingestion, afin de faciliter le passage de l’estomac. La capsule est éliminée dans les selles 1 à 3 jours après l’ingestion. Le temps de lecture moyen pour un lecteur habitué est d’environ 30 minutes. L’informatique en sélectionnant les images non redondantes a déjà permis de diminuer nettement le temps de lecture en conservant la sensibilité de l’examen. On dispose actuellement sur le site de Delta de la VCE Pillcam de 3ème génération. Cette dernière version a une meilleure résolution, la fréquence des images augmente à six par seconde quand la capsule traverse rapidement et ralentit à deux images/sec quand la capsule stagne ou avance lentement. Il existe par ailleurs « l’indicateur de saignement » qui peut faciliter la localisation des sites de saignement. La sensibilité et la spécificité de cet indicateur reste faible.

En conclusion, la VCE est un examen non invasif de l’intestin grêle, bien toléré par le patient et permettant de le visualiser dans sa totalité. Dans les saignements digestifs inexpliqués, la vidéocapsule représente la méthode diagnostique de référence.

Photo 1 Photo 2 Photo 3

La VCE est pratiquée à  Delta par Dr Alexandre Sarafidis. Elle est également pratiquée sur le site de Braine-l’Alleud par le Dr Souad El Alami.

Dr Haydeh Vafa
Gastro- entérologue, CHIREC site Delta

> Plus d’infos

 Lire aussi:
– L’ntérêt du Fibroscan dans la prise en charge de la NASH en 2020
– Reflux: quand la PH-impédancemétrie œsophagienne s’impose
– Revue pratique d’un syndrome fréquent: le côlon irritable (IBS)
– Echoendoscopie interventionnelle: «une technique en pleine évolution»
– MICI: vers une voie de soin multidisciplinaire et multi-sites au CHIREC